Le Réseau / Les adhérents / Actualité des adhérents

CH Lens - Nouvel hôpital

28 juillet 2017

Le nouvel hôpital de Lens sera "digital", et tourné vers le développement durable, a indiqué la direction de l’établissement dans un communiqué publié la semaine dernière.

Le dépôt du permis de construire du nouvel hôpital de Lens, d’ici la fin de l’année 2017, devrait permettre "le démarrage rapide des travaux, prévus pour durer trois ans, et la livraison du nouveau bâtiment pour la fin de l’année 2020", indiquait le centre hospitalier (CH) de Lens en février.
Le coût du projet de reconstruction de l’hôpital est de 280 millions d’euros toutes dépenses confondues.
L’ouverture du nouvel hôpital étant prévu en 2021, "l’hôpital et la maîtrise d’oeuvre avancent à marche forcée en mettant en place tous les dispositifs préalables", a complété la direction du CH, dans ce nouveau communiqué diffusé le 4 juillet.
L’aspect digital du nouvel hôpital se traduira par la "géolocalisation des biens et des personnes, une signalétique dynamique, une gestion et une maintenance gérée par ordinateur, un dossier patient informatisé", a-t-elle précisé.
"Ce projet d’hôpital digital va plus loin que le plan hôpital numérique, il s’agit d’un véritable virage numérique", a indiqué à APMnews, Nicolas Delaporte, responsable du projet N@HO.
Le projet N@HO mobilise aujourd’hui une équipe de 25 acteurs de soin, détachés pour 3 ans, réfléchissant à la mise en place de l’hôpital digital. Il s’agit d’infirmiers, aides-soignants, médecins, secrétaires, administratifs, travaillant au sein d’un "comité de transformation clinique" à bâtir ce nouvel outil. Ils sont chargés de valider les paramétrages et les organisations, pour "préparer l’accompagnement aux changements".
Il permet de "mettre en oeuvre le numérique au service de la prise en charge [du patient], du parcours de soins, avec un bâtiment capable d’interagir avec le dossier patient et le patient lui-même. C’est la vision ’3.0’ de l’hôpital", a complété le directeur du projet.
Le bâtiment sera, entre autres, "intelligent", la logistique sera "automatisée". Il s’agit également de "repenser les espaces de travail et de les rendre hybrides", penser les "blocs opératoires de manière différente". Les "équipements seront géolocalisés", en assurant, au travers de la géolocalisation, "la sécurité technique" et celle des usagers.
Sans attendre la reconstruction de l’hôpital, l’établissement a décidé de revoir le dossier patient informatisé (DPI) et de mettre en place un nouveau système d’information, "en s’appuyant sur un progiciel de gestion intégré (ERP)", c’est-à-dire un "logiciel pouvant informatiser toutes les activités de soin".
"Ce n’est pas un produit tout fait, mais qu’il faut bâtir", a fait remarquer Nicolas Delaporte. En préparant le socle numérique, "il faut donc repenser l’organisation de l’hôpital et les méthodes de travail". Loin d’être un "projet informatique, c’est un projet de transformation clinique", a-t-il ajouté.
Le projet va également permettre "aux sites formant le groupement hospitalier de territoire (GHT) d’Artois de travailler de manière fluide autour d’un parcours patient coordonné dans un projet médical partagé opérationnel", précise le communiqué.

Le développement durable est l’autre point fort du projet. Il sera particulièrement marqué au plan énergétique, les énergies renouvelables devant dans un premier temps couvrir "plus de 40% des consommations" du nouvel hôpital, qui affiche un "objectif de 100% de couverture par énergies renouvelables en 2050".
Le futur hôpital affiche par ailleurs un objectif "zéro rejets" en termes de gestion de l’eau.
Le CH de Lens travaille ensuite à la "dématérialisation complète des archives médicales et administratives ’papier’". Ce projet qui "arrive aux termes de ses études et va passer en phase pratique", a été dirigé par "la direction, Leader Heath*, une société de conseil en technologies digitales, et les archives départementales, aidés par un comité des sages et les experts médicaux du DIM de territoire".
L’établissement annonce que le projet "zéro papier" a, d’ores et déjà, permis de réduire de 1.000 m2 les locaux neufs (soit une économie estimée de plus de 2 millions €) et surtout va "permettre aux patients évoluant dans les parcours coordonnés des hôpitaux du GHT de disposer de toute l’information dématérialisée 24h/24".
En effet, le "zéro papier" ne se limite pas au seul nouveau bâtiment mais également à tous les hôpitaux du GHT qui vont profiter de cette nouvelle technologie.
"La conjonction du projet N@HO et du projet ’zéro papier’ permettra d’envisager avant l’ouverture de l’hôpital neuf", le niveau 7 de la certification HIMSS (Healthcare information and management systems society, organisation internationale à but non lucratif qui promeut l’informatisation des soins) et cela sur tout le GHT, a indiqué l’établissement dans son communiqué. A présent, aucun établissement français n’atteint le niveau 7 HIMSS et deux établissements sont certifiés niveau 6 (CHU de Montpellier et le groupe hospitalier Paris-Saint-Joseph).
"Cette volonté, de mettre en place dès à présent, tous les composants d’un hôpital 3.0 voulu comme ’digital par conception’, et de réutiliser le maximum de technologies éligibles pour les autres sites non reconstruits du GHT, sont deux marqueurs des gènes de l’hôpital de Lens", a précisé Nicolas Delaporte.
Les prochaines étapes du projet sont donc la géolocalisation des biens et des personnes et la robotisation des flux d’avitaillement en mode "flux tendus".
"En mars 2018, on va remplacer le DPI par un nouveau dossier patient", a complété le responsable du projet. De 2018 à 2021 l’outil numérique "va se transformer au fur et à mesure", a-t-il conclu.

Source :TecHopital, par Geneviève De Lacour, le 18/07/2017

Envoyer un message à un ami : X
code

Nos domaines d'activité

Selectionner un domaine
Accueil du patient Activités interventionnelles Bientraitance Biomédical Bloc opératoire Continuité des soins Développement durable Dossier patient Droits du patient Education thérapeutique EPP Fin de vie Fonctions logistiques et infrastructures Gestion des ressources financières Gestion des ressources humaines Identification du patient Imagerie médicale Information du patient Laboratoire Management de la qualité et de la sécurité des soins Offre de soins Organismes institutionnels Outils et méthodes Qualité et Gestion des risques Pilotage interne Prise en charge de la douleur Prise en charge médicamenteuse Prise en charge nutritionnelle Prises en charges particulières Projet de soins personnalisé Psychiatrie Qualité et sécurité de l’environnement Risque infectieux Risque transfusionnel Risques professionnels Santé publique Satisfaction des usagers Sécurité des biens et des personnes Sortie du patient et coordination de la prise en charge Spécialités SSR Stratégie de l’établissement Système d’information Urgences