Le Réseau / Les adhérents / Actualité des adhérents

CH Roubaix - Service des soins palliatifs en Bande dessinée

25 septembre 2017

Au bout du couloir, un médecin agite les bras. Une jeune infirmière stagiaire l’observe interloquée. « Y a eu un décès dans cette chambre. On ne va pas le crier dans le couloir », lui explique l’infirmière qui lui fait découvrir le service. « C’est un code. Tout le monde comprend, renchérit une aide-soignante. Viens. Vite, mais sans courir. » Bienvenue au sein des soins palliatifs de l’hôpital Victor-Provo.

Pendant plusieurs mois, le journaliste et scénariste de bande dessinée Xavier Bétaucourt est venu y passer quelques heures par jour, ou par nuit, pour observer ce service pas comme les autres, discuter avec le personnel. Ce n’était pas la première fois qu’il y mettait les pieds et pas un hasard s’il a eu l’idée d’y consacrer une BD. « J’y étais déjà venu pour accompagner quelqu’un de ma famille, mon frère, confie-t-il. Sur place, je me suis rendu compte que les infirmières, les aides-soignantes, faisaient un boulot incroyable. »

Les soins palliatifs, c’est le service où l’on ne parle plus de guérison. Le personnel soigne la douleur, la souffrance de patients pour lesquels il n’y a plus d’espoir de guérison. En 2016, apprend-on dans la BD, 295 personnes y ont été accueillies. La durée moyenne d’hospitalisation était de onze jours. Des jours intenses, où il faut apprivoiser l’idée soudaine et très concrète de sa propre mort, sans y avoir été forcément préparé. « Les médecins des autres services ne sont pas toujours très francs », glisse une soignante. Et bien des patients ne comprennent pas, ou refusent de s’avouer ce que signifie être transféré aux soins palliatifs. Ici, « on ne ment pas au patient », mais il faut parfois prendre le temps de dire la vérité et y mettre les formes.

On ne compte plus les séries sur les urgences. On a déjà vu des salles d’accouchement truffées de caméras façon téléréalité. Les soins palliatifs, eux, attirent beaucoup moins la lumière. « En tant que raconteur d’histoires, je sais que les ingrédients d’un bon récit, ce sont des personnages forts dans des situations très fortes, explique Xavier Bétaucourt. Ici, c’est le cas, on croise des personnes très fortes et ils ou elles sont dans des moments très forts. » L’auteur, qui a collaboré avec le dessinateur lillois Olivier Perret, assure n’avoir eu aucun mal à convaincre les éditions Delcourt.

Le résultat, c’est une très belle BD de 128 pages, intitulée Quelques jours à vivre, dans laquelle transparaît la grande humanité des personnels soignants.

Acheter la BD en ligne

Source :La Voix du nord, le 05 septembre 2017 par Youenn Martin

Envoyer un message à un ami : X
code

Nos domaines d'activité

Selectionner un domaine
Accueil du patient Activités interventionnelles Bientraitance Biomédical Bloc opératoire Continuité des soins Développement durable Dossier patient Droits du patient Education thérapeutique EPP Fin de vie Fonctions logistiques et infrastructures Gestion des ressources financières Gestion des ressources humaines Identification du patient Imagerie médicale Information du patient Laboratoire Management de la qualité et de la sécurité des soins Offre de soins Organismes institutionnels Outils et méthodes Qualité et Gestion des risques Pilotage interne Prise en charge de la douleur Prise en charge médicamenteuse Prise en charge nutritionnelle Prises en charges particulières Projet de soins personnalisé Psychiatrie Qualité et sécurité de l’environnement Risque infectieux Risque transfusionnel Risques professionnels Santé publique Satisfaction des usagers Sécurité des biens et des personnes Sortie du patient et coordination de la prise en charge Spécialités SSR Stratégie de l’établissement Système d’information Urgences